Raymonde Felgines propose d’aller à la rencontre de Sainte Jeanne Emilie de Villeneuve, dans l’analyse historique et spirituelle de son oeuvre, parue aux Editions 2A. Une lecture agréablement enrichissante .

La Gazette Actu-artistes a publié une présentation du livre le 21 mai 2017:
Sainte Jeanne Emilie de Villeneuve ou le chemin vers le ciel d’une femme d’exception de Raymonde Felgines

Raymonde Felgines propose aujourd’hui de faire plus ample connaissance et explique ses motivations et ses émotions profondes nées de ses recherches sur la vie de la Sainte.

Cette rencontre mystique qui ne peut laisser indifférent le lecteur, donne à réfléchir sur la quête existentielle de chacun, et peut révéler un chemin de vie à qui garde le cœur et l’esprit ouverts.

 

Raymonde Felgines originaire du Cantal (née en 1943), après l’Ecole Normale, a enseigné le français et l’anglais en France et en Outremer jusqu’en 1981, date à laquelle elle a choisi d’éduquer ses enfants. Ceux ci devenus grands, elle reprend du service dans l’enseignement privé, jusqu’à sa retraite.

L’enseignement catholique du Tarn

« J’y ai été très bien accueillie et ai effectué de nombreux remplacements dans diverses écoles du sud du Tarn. J’ai rencontré des gens engagés, investis dans leur travail, parmi lesquels j’arrivais sans difficulté à trouver ma place. Bien que définitivement retraitée désormais, j’ai gardé des amies de cette époque-là. Et d’ailleurs je suis secrétaire de l’APEC 81-82 (l’Amicale des professionnels de l’Enseignement Catholique du Tarn et du Tarn-et-Garonne). » RF

 

Le goût de l’écriture

« Ce n’est que tardivement, après la cinquantaine, que je me suis mise à écrire des histoires et des contes. Comme un besoin, une catharsis. Je sentais des personnages prendre vie en moi et il me fallait raconter ce qui leur arrivait… J’ai présenté certains de ces contes ou nouvelles à des concours et ai reçu quelques prix. Un imprimeur de Villeneuve-sur-Lot m’avait proposé d’éditer, à ses frais, une de ces histoires : La Vache africaine. Il avait fait un très bel album, adopté par les bibliothèques de nombreuses écoles locales.  » RF

2009, La révélation

« En 2009, j’entends parler de la béatification d’une dame de la région, Emilie de Villeneuve. J’ai voulu en savoir plus sur elle. Pour avoir effectué 2 ou 3 suppléances de courte durée au Couvent Bleu, je savais seulement qu’elle avait fondé cette congrégation et que sa tombe se trouvait dans le parc. La visite de ces lieux m’a fortement émue, comme si un esprit bénéfique y résidait encore. J’ai souhaité me documenter davantage. Et un jour ma belle-fille m’a fait un superbe cadeau : elle a déniché pour moi, sur un site internet, le livre de Gaëtan Bernoville, Emilie de Villeneuve, Fondatrice des Sœurs Bleuesde Castres. Après cette lecture, je me suis promis d’écrire un livre moderne sur Emilie, non pas juste en retraçant sa vie, mais en allant à la rencontre de cette femme. Quelle était sa personnalité ? Pourquoi le sillage qu’elle a tracé sur l’océan des âges perdure-t-il ? A quoi tient cette vénération qu’on lui portait déjà de son vivant? » RF

Les recherches historiques

Jeanne-Emilie de Villeneuve :
Date et lieu de naissance : 9 mars 1811, Toulouse
Date et lieu de décès : 2 octobre 1854, Castres
Deux guérisons miraculeuses sont reconnues par l’Eglise

Béatification : 5 juillet 2009 à Castres par le Pape  Benoît XVI représenté par Mgr Amato
Canonisation : 17 mai 2015, par le Pape François
Fête : 3 octobre

Fondatrice de la congrégation de Notre Dame de l’Immaculée Conception de Castres dans le Tarn
Couvent à Castres,

Adresse : 11-, 17 Avenue Emilie de Villeneuve, 81100 Castres
Téléphone : 05 63 62 76 16

« Je me suis, bien sûr, attachée aussi à l’aspect historique. Mais le réel intérêt du livre, c’est la rencontre avec une personne, une femme d’exception.

Pour rester au plus près de la vérité, je me suis appuyée sur les textes d’époque qui relatent sa vie, principalement les mémoires de son amie Coraly et les mémoires de la congrégation. La seule partie que je me suis permis de romancer est le début du livre, à savoir la vie de ses grands-parents et de ses parents, sans perdre de vue toutefois les quelques données précises transmises par la famille. » RF

 

Sur les traces de Jeanne Emilie de Villeneuve

« J’ai rencontré Sœur Christiane, l’archiviste du Couvent Bleu. Elle a mis à ma disposition un exemplaire de la Positio, la compilation de documents ayant servi à la béatification, ainsi que de nombreuses photos.
Respect et admiration ont été mes moteurs de recherche. Plus je découvrais Emilie, plus j’étais émue… » RF

Par son écriture fluide, agréable, Raymonde Felgines ,entraîne avec émotions contenues,  clarté et justesse, dans la vie de cette jeune aristocrate castraise au grand cœur et à la détermination sans limite.
Alors l’auteur, le lecteur s’effacent pour devenir les témoins de ses espoirs, de ses convictions, de ses combats et de ses souffrances.

La foi de Jeanne Emilie déplace les montagnes tarnaises et déploie ses disciples en France et en Afrique pour créer des écoles, défendre les pauvres, réhabiliter les « femmes perdues », soigner les corps et les âmes.

 

Une rencontre, une expérience mystiques

« C’était une expérience mystique. Comme si, un soir, à l’entrée d’un bois, vous découvriez une ancienne chapelle. Elle est vieille, mais solide encore. Vous entrez et voyez l’autel, grand, sobre, une statue de la Vierge avec un manteau bleu, des anges, un calice, le Saint-Sacrement.
Vous sentez une présence et vivez un moment particulier d’adoration et de lien très fort avec le cosmos et avec l’humanité.
Voilà l’image qui me vient à l’esprit pour décrire ma rencontre avec Emilie de Villeneuve. »RF

 

Emilie de Villeneuve, ou le don de soi

« La vie d’Emilie est particulièrement émouvante : considérée presque comme anormale dans son enfance (une bûche disait-on !), nous la retrouvons, jeune fille épanouie gérant le château de son père, puis décidant de tout quitter pour se mettre au service des plus démunis, et enfin fondant une congrégation et une école.
Sa mort aussi est bouleversante : elle fait don de sa vie pour que cesse une grave épidémie.

Les gens qui ont eu le bonheur de la connaître ont bien perçu la force de son âme. Des miracles lui sont attribués, déjà de son vivant, puis après sa mort et encore de nos jours. Comme si elle servait d’intermédiaire vers une puissance supérieure. » RF

 

La sainteté

« J’ai été élevée dans la religion catholique mais ai pris mes distances avec l’institution. Je ne suis pas un pilier d’église. J’estime que chacun doit réfléchir par lui-même. Cependant, comment ne pas reconnaître quelqu’un qui vit l’esprit de l’Evangile ? Mère Teresa ou Sœur Emmanuelle, comme l’Abbé Pierre, ont consacré leur vie à aider les pauvres.

Emilie de Villeneuve était de la même trempe. Leur vie force l’admiration, même pour des non-croyants. Ils ont laissé souffler sur eux le vent de l’Evangile et sont devenus des phares

En conclusion, nous pouvons dire simplement : une sainte, un saint, ne sont pas des modèles, ce sont des sources d’inspiration…
Puisse Emilie de Villeneuve inspirer ceux qui se sentent en désarroi spirituel ! » RF

Contact Raymonde Felgines-Wymann
sixhauterive@aol.com

Contact éditeur Editions Auteurs d’Aujourd’hui, directeur Jacques Nain
www.editions2a.com
editions.aa@orange.f

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *